Le vent s'engouffre par la porte ouverte entre les nuages. Ils courent, courent, jusqu'à se cogner dans les branches de l'épicéa dont il a tordu les cônes pour les faire chuter dans l'herbe haute.

En caressant l'érable, il a pris ses feuilles en leur caressant le dos. Elles se laisseront tomber sans résistance.

Le cuivre et l'or qui les colorent donneront de l'éclat au jardin qui va se reposer tout l'hiver.

les arbres qui résistent, restent verts, les heures d'automne se comptent en feuilles qui jaunissent.

P1070304

P1070309

P1070324